photographie Hélène Chevarie

Vivre aux Îles au temps du Covid-19

Qui aurait dit qu’un jour nous serions les premiers à vouloir demeurer dans l’isolement, presque prêt à couper totalement les frontières entre la terre ferme et le continent? S’isoler, se confiner, s’encabaner. Une situation que l’on connait aux Îles-de-la-Madeleine, presque depuis la nuit des temps, avec les ruptures de câbles de communications, les tempêtes clouant au sol et à quai, avions et traversiers. Avec les routes fermées à la circulation, les ruptures de courant, les saisons plus mortes aux Îles qu’ailleurs… Mais ce n’est pas parce que l’hiver est plus long aux Îles que les Madelinots aiment rester chez eux. Ils sont prêts à accepter l’isolement, mais en sachant qu’il y a une date de fin. Que le printemps arrivera, que la pêche reprendra et… Lire la suite »Vivre aux Îles au temps du Covid-19

Histoire du quai sud – La première route de l’Est des Îles

Les images du quai sud nous montre des vestiges du lendemain de Dorian. Mais ce n’est pas d’hier que cette marina de Pointe-aux-Loups, du côté de la baie, est abandonnée. Les derniers investissements remontent à l’époque de l’ancienne municipalité de Havre-aux-Maisons. Le maire de l’époque, feu Benoit Arseneau et les conseillers avaient considéré la pertinence de maintenir l’accessibilité à ce quai en y injectant une somme obtenue sur un projet d’été. Il faut dire qu’avant la fin de la construction du pont de Pointe-aux-Loups, en 1947, le quai sud constituait le seul point d’accès et de ravitaillement avec le bateau Local, pour les voyageurs se déplaçant vers l’Est ou vers l’Ouest. On pouvait transporter plus facilement les meubles, denrées ou animaux par bateau que par… Lire la suite »Histoire du quai sud – La première route de l’Est des Îles

Se laisser guider…

La hâte d’essayer un nouvel objectif pour mon Canon m’a fait emprunter un parcours de Pointe-aux-Loups bien connu de moi, mais délaissé cette année, en toute négligence. Pourtant, il était là à m’attendre. Bien campé sur son bout de rocher; tournant le dos aux falaises rouges pour dominer ou plutôt, admirer la mer. Je me pensais guidée par mon appareil, mais sans doute que l’inukshuk se dressant devant moi avait déjà attiré plus d’une photographe. On se sent tellement unique à côté de ces structures.. Mais je ne suis sûrement pas la seule à m’être laissée guider par sa présence. J’aurai au moins eu le plaisir de le rencontrer sur ma route en m’imaginant une foule de scénarios précédent son existence. Et finalement, l’important est… Lire la suite »Se laisser guider…