Créer aux Îles au temps de la Covid-19

Créer au temps de la Covid-19

Durant cette pause obligée de pratiquement tout contact humain, il n’y a pas que le temps qui s’est arrêté. Plusieurs ont eu du mal, tout comme moi, à même continuer à lire d’une façon aussi assidue. Comme si la tête suivait l’obligation de confinement, comme si le cœur ne pouvait plus voir plus loin et, à peine, l’instant présent. Il m’a fallu écouter le film québécois Il pleuvait des oiseaux, le 13 avril dernier, pour reprendre le goût de créer un peu, de peindre mes émotions, de me reconnecter à la nature pour respirer plus fort. Pour revivre. Ne pas seulement survivre.

Je me suis arrêtée sur cette phrase interprétée par la magnifique Andrée Lachapelle : « Choisir, c’est s’arrêter et j’ai peur d’arrêter, car je serai obligée de choisir ce vide en moi ». Et j’ai compris que nous devions essayer de combler ce vide causé par la pandémie, ou par nos choix de vie, avant qu’il nous aspire complètement. Je ne pouvais attendre plus longtemps. Et voilà ce qui en est ressorti. J’ai envie de les laisser tels quels. Laisser l’impression qu’ils suscitent déjà en moi et offrir tous les choix d’interprétation : Voir loin… Dépasser l’horizon… Le vent qui chasse les nuages et les virus au large…

Série Voir loin

1. Voir loin       2. Dépasser l’horizon          3. Le vent qui chasse les nuages et les virus au large

Les œuvres sont peintes sur des tondos de bois créés par Florent Dufort, un Madelinot de cœur qui a passé son enfance et adolescence aux Îles. Il est localisé à Sainte-Hélène-de-Kamouraska sous le nom d’Atelier 27 x 27 et offre la livraison de toute une variété de support et d’encadrement. Florent n’est pas seulement habile menuiser, mais est également un artiste, tout comme son père Pierre Dufort.

 

 

 

Laisser un commentaire