Vivement le printemps…

IMG_3175_webIl y a bien une chose que j’aime du retrait des glaces sur les plages: les nouveaux dessins de la texture toute neuve du sable! Aucune trace de pas, sauf quelques pattes d’oiseaux marins ou de renards malins… Et si on regarde bien, un nouveau monde s’étale devant nous, libre des bouscueils et de l’emprise des blocs de la mer. Un recommencement de la vie, une possibilité de reprendre pied, après cette longue dérive glissante de l’hiver…

On peut alors laisser libre cours à la création et cesser d’imaginer ce qui se cache sous la glace. Les premières pierres, les nouvelles plumes et les bois de dérive viennent enfin combler le vide de cette trop longue saison.

 

 

 

 

Long congé = Créations et ouverture

On reçoit de la visite pour le long congé de Pâques? Oui, La Maison du Héron, s’ouvre pour vous puisque je suis en mode création et cette période est sans doute la plus libre que j’ai dans l’année! La lumière revient et l’espoir d’un été aussi beau que l’an dernier aussi! Juste devant mon bureau je vois la ligne du lever du soleil et de mon atelier, celle du couchant. Les hérons seront bientôt au rendez-vous! Un premier modèle ovale est sorti plus tôt, les autres suivront avec la mise à l’eau des cages aux Îles-de-la-Madeleine, sûrement!

Dessiner, découper, créer…

Revenir aux plaisirs de mon enfance pour créer des pendentifs inspirés de mes visiteurs félins. Le renard me paiera peut-être d’autres visites, sinon, quelques passants en mal de route sans limite, sauf celle de la mer.

Pendentif renard en silhouette

Les coulées s’en viennent pour quelques exemplaires de mon renard en silhouette… D’autres créations à venir pour l’été.

Pendentif renard en silhouette

 

 

Capteurs de vent ou d’énergie marine

capteur de vent mobile

J’ai toujours été fascinée par les os retrouvés sur la grève. Je les collectionne comme pour les verres polis par la mer et je les empile dans des boîtes. Parfois, je trouve des bouts de dents de phoque, de morse ou autres mammifères marins. Lorsque l’os est gris, presque noir, c’est qu’il est très ancien et son séjour prolongé dans l’eau l’a pétrifié, les minéraux l’ont coloré. J’ai trouvé une multiplicité d’os tympaniques de phoque ; de toutes les couleurs ; du beige au noir. J’ai trouvé des oosik (os pénien de phoque ou de morse). Eh oui, j’en ai un exposé dans mes vitrines depuis 18 ans et personne ne semble y porter attention… c’est que je n’ai pas crié sur les toits que j’exposais des pénis ! Et si on les volait pour faire du trafic ? On ne sait jamais !

Ensuite avec tout ça, je conserve précieusement les artefacts qui pourraient s’y trouver mêlés (les morceaux suspectés d’être des grattoirs en ivoire de morse, pointe d’aiguille ancienne, pic à glace, etc.). Il s’agit de pièces trouvées au bord de l’eau, mais de nature archéologique. Il ne me viendrait jamais à l’idée de les utiliser pour en faire des créations. Par contre, les autres ossements de tout genre, qui nourrissent mon imaginaire depuis l’enfance, j’en fais des mobiles artistiques, des capteurs de vent. Ils sont rares, je passe beaucoup de temps pour les assembler et parfois, les graver.

Le son des os qui se cognent est délicat, propre à la méditation. C’est comme une onde d’énergie marine qui vibre et rappelle les voix des peuples qui ont foulé la terre des Îles, il y a des milliers d’années. Écoutez-les, mêlées au son de la mer qui rejette le trop-plein de son cimetière marin.

ossement gravure

L’amour, toujours l’amour, natur’Ilement…

Il ne vous vient pas en tête d’offrir encore du chocolat! Oui il faut en offrir, j’en convient, j’adore le bon chocolat! Mais pour être un brin original, se souvenir de belles balades  avec la personne aimée et, « natur’ilement, lui offrir une parcelle de ce bonheur, transformée par des artistes d’ici. Les vitrines de bijoux, mais aussi les tablettes de lainages et fourrure, chaleureux pour les pieds, la tête et les mains, sont bien garnies! Profitez-en!