Vivement le printemps…

IMG_3175_webIl y a bien une chose que j’aime du retrait des glaces sur les plages: les nouveaux dessins de la texture toute neuve du sable! Aucune trace de pas, sauf quelques pattes d’oiseaux marins ou de renards malins… Et si on regarde bien, un nouveau monde s’étale devant nous, libre des bouscueils et de l’emprise des blocs de la mer. Un recommencement de la vie, une possibilité de reprendre pied, après cette longue dérive glissante de l’hiver…

On peut alors laisser libre cours à la création et cesser d’imaginer ce qui se cache sous la glace. Les premières pierres, les nouvelles plumes et les bois de dérive viennent enfin combler le vide de cette trop longue saison.

 

 

 

 

L’amour, toujours l’amour, natur’Ilement…

Il ne vous vient pas en tête d’offrir encore du chocolat! Oui il faut en offrir, j’en convient, j’adore le bon chocolat! Mais pour être un brin original, se souvenir de belles balades  avec la personne aimée et, « natur’ilement, lui offrir une parcelle de ce bonheur, transformée par des artistes d’ici. Les vitrines de bijoux, mais aussi les tablettes de lainages et fourrure, chaleureux pour les pieds, la tête et les mains, sont bien garnies! Profitez-en!

La saison flamboyante…

Aux Îles-de-la-Madeleine, il y a plus de 4 saisons, comme il y a toutes sortes de mots pour décrire la neige.  On connait les mois de décembre sur le gazon, les mois de mai sous la neige… J’ai déjà dit que j’adore l’automne aux Îles? Je l’adore parce qu’il s’étire et devient la saison flamboyante: un feu s’allume dans la couleur de l’ammophile sur les dunes, le long de la 199. Nous sommes le 8 décembre et ce n’est pas encore l’hiver.  Demain sera peut-être la nouvelle saison.

IMG_6283_web

Les couleurs de l’automne…

J’ai déjà dit comment j’aime les couleurs de l’automne et ses nuages ahurissants. Il n’y a rien de moins morne que l’automne. Le plaisir d’habiter dans un petit village d’une centaine d’habitants, qu’on traverse en voiture le temps d’un éternuement, c’est qu’on s’y sent au bout de la mer et au bout de soi à chaque instant. Il n’y a aucune thérapie qui vaille un vent marin… sur une grève ou au bout d’un quai. Un de mes frères, un capitaine, vous dirait qu’il est aux bons soins de la mer presque à l’année.

Le port de pêche de Pointe-aux-Loups est communément appelé par ses habitants, l’Anse du Ouest, prononcé en étirant le è et éliminant le t pour faire « ouesse ». Entendez-vous le vent siffler?

L'Anse du Ouest

Le port de pêche de Pointe-aux-Loups, aux Îles-de-la-Madeleine

Demandez et vous recevrez! Les boucles d’oreilles longues et courtes…

Vous avez demandé des boucles d’oreilles longues et sur tige, faites de coquillages polis… en voici quelques-unes dont nous avons trouvé le match parfait après presque 6 heures de « couplage » ! Bien sûr, on trouve toujours sa douce moitié, même dans la nature, mais chacune d’elles demeure unique en son genre!